Édouard NAVILLE

Voyage en Égypte (1868-1869), suivi de Histoire de l’Égyptologie. Textes établis et commentés sous la direction de Jean-Luc CHAPPAZ (CSÉG 11), 2012

Henri Édouard Naville est une figure emblématique de l’égyptologie.

Ses travaux sont à plus d’un titre fondateurs de la science moderne. Son édition critique du Livre des Morts au Nouvel Empire, bien que datée de 1886, fait encore aujourd’hui référence. Dès ses premiers travaux archéologiques, il inaugurait des rapports de fouilles dont s’inspirèrent longtemps ses successeurs. Sa publication du temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, au début du XXe siècle, peut être considérée comme la première édition moderne d’un monument égyptien, par laquelle le chercheur genevois définit les bases et les règles futures de l’épigraphie pharaonique.

Les deux textes inédits réunis dans cet ouvrage permettent d’approcher sous un autre angle la brillante personnalité d’Édouard Naville. Le récit de son premier voyage en Égypte, en 1868-1869, est à bien des égards unique. À vingt-quatre ans, le jeune étudiant se rend pour la première fois sur la terre des pharaons et y découvre tant les monuments qu’il a croisés dans des livres que les habitants, leurs coutumes et leurs mœurs.

Une vingtaine d’années plus tard, il inaugure la chaire d’égyptologie de l’Université de Genève : il choisit d’entraîner son auditoire à la découverte des fondateurs de la discipline, ses maîtres tels de Rougé et Lepsius, ou ses collègues, tels Mariette et Brugsch, sans oublier Champollion. Il n’y a rien à retrancher à cette introduction de 1892 qui conserve toute son actualité.

Société d'Égyptologie, Genève

Case postale 26
CH - 1218 Grand-Saconnex (Suisse)
info@segweb.ch
 
Inscription
  • Wix Facebook page

© 2019 by Société d'Égyptologie, Genève